Flo Delavega + Mathieu Des Longchamps

mer. 10 nov 2021 20h30

Flo Delavega FRA

22/20/17 € Tickets

Flo Delavega

L'aventure des Fréro Delavega s’est achevée il y a trois ans, après deux albums écoulés à plus d’un million d’exemplaires. C’est ensuite au coeur des Landes, au milieu de la forêt, entouré de sa famille, que Flo a fait sa révolution intime, après avoir quitté Paris pour plonger les mains dans la terre, construire une nouvelle vie, trouver « la clé du mystère », comme il le chante de tout coeur dans ce disque accompli. 

Les chansons sont nées de cette marche en avant, une marche à l’étoile délestée de pierres et chargée d’espoir, portée par un chant limpide, une écriture aérienne, des sons solaires entonnés à la guitare, où se glisse parfois l’espagnol parlé à la maison. Ce sont les rythmes ensoleillés habillés de choeurs et de codes, qui le bercent depuis l’adolescence et qui ont porté l’artiste funambule et ses refrains-mantras, refrains-slogans, tournés vers la rivière, l’éther, la forêt. Tout un monde qui grouille et vibre et groove, destiné à réunir tous les rêveurs. Et forêveur.

 

Mathieu des Longchamps

Mathieu des Longchamps est né au Québec, à Montréal.

C’est l’innocence, le Paradis perdu et une réalité plus profonde et plus difficile. C’est encore ce voyage entre deux univers, celui de ma vie de citadin et celui des palmiers, du cayuco (pirogue taillée dans un tronc d’arbre typique des Caraïbes et héroïne de son film) et de potes sur la plage au Panama…” dit-il. C’est encore de jolies mélodies libres, sans frontière ni gimmicks. Si les chansons de Mathieu des Longchamps distillent parfois une certaine mélancolie, ce n’est jamais ni plombant ni mortifère. Au contraire même. Il se dégage de ses mélodies comme un apaisement, c’est une invitation au détachement, à la contemplation, au lâcher-prise. Et si le passé est un personnage récurrent dans ses compositions, l’horizon est aussi souvent là, avec ses possibles et ses couleurs mouvantes. L’aventure avec un rétroviseur en somme.

Sa musique semble presque dépouillée. Mais si on tend l’oreille comme il faut, elle dévoile des arrangements gorgés d’espace, qui respirent pleinement, des strates délicates, des cordes, des basses, des petits stratagèmes sonores pour convoquer les songes de celui qui écoute. “Vivo en Panama”, oui, est un passeport pour l’ailleurs. L’époque est au confinement, à la fermeture.

Les tarifs réduits, spécifiques, -12 ans et Pass Campus, sont disponibles uniquement au guichet du Forum. Vous pouvez réserver vos places pour ses tarifs par téléphonne au 01 34 41 93 20.

Suivez-nous !