BIGA*RANX + TOM FIRE

ven. 2 déc 2016 20h30

BIGA*RANX FR TOM FIRE

21/19/16€ Tickets

BIGA*RANX, né en France en 1988, a très tôt la tête tournée vers les sonorités jamaïcaines. Dès l'âge de 14 ans, il se consacre entièrement à la musique, se forgeant un style personnel à force de travail, écriture et composition.

En 2008, BIGA est adoubé par le singjay jamaïcain Joseph Cotton qui le baptise "Ranx". Ils postent ensemble le freestyle sur Internet qui s'avèrera être un énorme succès.

Après deux premiers albums, On Time et Good Morning Midnight sortis en 2011 et 2013 sorti chez le label X-Ray Production, BIGA*RANX revient en 2015 avec le troisième opus Night Bird où pour la première fois il passe avec dextérité de l'Anglais au Français, donnant naissance à un résultat unique.

Il y livre un album concept et personnel puisque l'artiste est à la fois auteur et compositeur, allant même jusqu'à produire ses propres samples ! Cela lui permet d'exprimer pleinement sa vision du reggae à la fois raffiné et moderne. Il mêle avec brio toutes les influences qu'il affectionne, créant ainsi son propre style musical : le rub-a-lounge.

Définitivement inclassable, BIGA*RANX mixe avec brio toutes les musiques, créant ainsi un univers très personnel et original.

TOM FIRE

TOM FIRE

« A l’ère de la dance ladygaguesque, de la folk développement durable et des artistes assistés par ordinateur, la musique de Tom Fire tient du petit miracle. Pianiste de conservatoire défroqué, contrebassiste chic, sorcier du Micromoog, producteur prolixe pour autrui, Tom Fire sait en effet composer, jouer et produire, comme au temps jadis. Dans sa cachette studio du Père Lachaise, seul ou en bonne compagnie, il imagine une musique qui fait voyager entre Kingston et Ménilmontant, mais en mieux, sans avoir à payer le billet : du dub joué à la bonne vitesse, de la pop sans « u », des berceuses vicieuses, des riddim intimes, et aussi un peu d’électro, pour pécho. Un pot-nourri de styles et d’idées qui n’oublie jamais sa propre couleur : celle du feu. Ca tombe bien d’ailleurs, il s’appelle Tom Fire. »

Josselin Bordat (BRAIN MAGAZINE)

Suivez-nous !